Le coup du pipi

Le magasin bio qui n'a rien compris

Le magasin bio qui n’a rien compris

 

Dans le quartier, il y a quelques mois, un supermarché bio a ouvert. C’était l’évènement. Il faut dire que ça manquait.

À Passy, à Auteuil, au Trocadéro il y a beaucoup de moyennes surfaces. Aucune n’était « bio ».

À grands renforts de moutons, de calèches, le magasin a ouvert. Chouette.

Comme à la maison, nous sommes à 90 % bio, de préférence bio français, j’y vais régulièrement. Je ne peux pas dire que la démarche écoresponsable soit impeccable. On trouve des tomates en novembre ( ???!!!), des patates douces d’Israël (alors qu’en France, elles sont cultivées dans Les Pays de Loire), des œufs AB, mais de provenance « UE » aussi chers que les Français.

Enfin bref, ce n’est pas parfait, mais ça reste une bonne ressource du quartier. De toute façon, il n’y en a pas d’autres.

J’y fais mes courses régulièrement. Le personnel est plutôt agréable.

Et, un jour où je fais mes courses avec mes enfants, le petit dernier d’à peine 3 ans me lance un très convaincant :

Maman PIPI !

Toutes les mères de famille savent que dans ces cas-là, il y a urgence.

Cela m’est déjà arrivé dans des magasins du quartier et les commerçants sont compréhensifs même les moins sympathiques.

Confiante, je me tourne vers l’adjoint au responsable du magasin. Le patron n’est pas là.

Monsieur, je suis vraiment désolée, mais mon petit garçon a une urgence. Pourrais-je utiliser vos WC ?

– On n’en a pas.

Là, il se fout clairement de moi. Pas démontée, je lui réponds :

Vous en avez forcément pour les salariés. C’est une obligation réglementaire.

– Oui, mais vous ne pouvez pas y aller.

– Écoutez, mon fils a à peine 3 ans. Ça nous prendra deux minutes.

– Non, allez, au Mac Do !

– Et je fais quoi de mes courses ?

– Pas de problème, vous les laisser et les reprendre après.

Ah, mais ça, misérable petit vers de terre en tablier vert, c’est hors de question.

Il est hors de question que je remette les pieds dans cet endroit « bio » qui ne comprend rien aux phénomènes les plus élémentaires comme une vessie pleine.

Furieuse, je renverse mon sac sur une étagère d’une allée et file avec mon fils.

Direction : les toilettes de la maison !

 

Crédits photo : © Sergiy Bykhunenko – Fotolia.com

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici quatre autres articles :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − 8 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Pin It on Pinterest

Shares
Share This