Allaitement : tous les conseils pour bien se nourrir

(c) photo-libre.fr-bien-nourrir-allaitement

Bien se nourrir pendant l’allaitement maternel : un indispensable pour réussir

Vous avez fait le choix d’allaiter ? Bravo ! Mais oublier toutes les précautions alimentaires nécessaires lors de votre grossesse. Vous allez retrouver votre liberté, un seul impératif : ne pas consommer d’alcool et de tabac.

Pour réussir son allaitement maternel : priorité à une alimentation équilibrée pour la maman

Pour le reste, il vous faudra être vigilante à avoir une alimentation équilibrée en faisant 3 repas voire 4 avec une collation.

Essayez de manger tous les jours des légumes cuits à l’aide d’une bonne soupe par exemple, faite avec des légumes frais. Si votre mère et / ou votre belle-mère demandent comment elles peuvent aider, vous avez une réponse toute trouvé, elles pourront vous en préparer d’avance, vous aurez juste à la décongeler. Consommez des fruits de saison.

Allaitement maternel et nutrition : comment prévenir les carences ?

Pour avoir des apports en calcium suffisants, consommer au minimum deux fois par jour des produits laitiers. Dans le même esprit mais concernant le fer, consommez de la viande rouge et des poissons au minimum trois fois par semaine.

Mangez du pain et des féculents à chaque repas.

Lors de l’allaitement maternel, une bonne hydratation est nécessaire

Et buvez de l’eau, au minimum 1,5 litre par jour. Faîtes-vous des tisanes, des infusions et promenez-vous avec un thermos pour en boire tout au long de la journée. Certaines tisanes sont connues pour augmenter la lactation. Elles sont à base de fenouil et fenugrec entres autres. Certaines pharmacies ou magasins biologiques, proposent des tisanes « toutes faites » favorisant la production de lait.

Ne buvez pas de bière, même si les croyances « populaires » insistent sur les vertus de cette boisson alcoolisée lors de l’allaitement.

Attention aux aliments forts et aux épices lors de l’allaitement maternel

Si vous mangez épicé ou des aliments au goût fort (ail, choux, etc.), sachez que votre bébé risque de moyennement apprécié… mais peut-être sera-t-il simplement surpris par ces nouvelles saveurs. En revanche, si ces aliments font partie de votre alimentation au quotidien, bébé aura déjà intégré ces goûts et il n’y aura pas de surprise particulière pour lui.

 Variez les plaisirs, faîtes-vous plaisir.

Et, n’oubliez pas que si vous avez une forte production de lait, cela ne sert à rien d’en stocker trop en le congelant. Mieux vaut se renseigner sur le don de lait auprès des lactariums.

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici trois autres articles de trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − douze =


Une newsletter pour vous !

Une newsletter pour vous !

Inscrivez vous à ma newsletter pour suivre mes chroniques :

Vous êtes inscrit !

Pin It on Pinterest

Shares
Share This